Ce site utilise des cookies.Plus d'infoAccepter

Envoi gratuit

Profitez maintenant d'une livraison gratuite pour toutes vos commandes à partir de € 60,00.

Conseil personnel gratuit

Contactez Tom Vermeersch, psychologue certifié et expert en Fleurs de Bach.

Contact

Quels sont les effets négatifs de la généralisation des antidépresseurs?

Fleur de Bach n° 51 aide à :
  • faciliter le changement du comportement nutritionnel
  • persévérer après des débuts aisés
  • se maîtriser et résister aux tentations
  • garder courage
  • être calme et en paix, éviter le stress
  • avoir la patience pour atteindre le résultat attendu
  • passer outre la culpabilité lors d'un petit écart 

 

Lire plus

Question : Quelles sont les conséquences de cette banalisation - quels "effets collatéraux" peuvent apparaître avec l’abus de ce type de médication ? Quels risques court-on en prenant des antidépresseurs prescrits par des médecins qui ne savent pas toujours doser ou choisir la formule adéquate ? À quel danger les gens s’exposent-ils quand ils prennent des antidépresseurs sans en avoir vraiment besoin ?

 

Un des principaux effets négatifs de cette banalisation des antidépresseurs est de détourner les gens de leur capacité intérieure naturelle à guérir. Il est triste que chaque personne ait tellement de ressources intérieures mais n’apprenne pas à s’en servir. Sinon, les antidépresseurs ne sont pas des médicaments toxiques ou dangereux dans la plupart des cas (sauf peut-être pour les enfants chez qui ils peuvent induire de l’agitation et, dans certains cas, des gestes d’automutilation, voire, même si c’est rare, des suicides). De nombreuses personnes vont vouloir se faire prescrire des antidépresseurs pour de fausses raisons, pour maigrir ! Attention, il n’est pas conseillé du tout de prendre un antidépresseur dans le but de maigrir !

 

Le principal danger réside sans doute dans le fait que la prise globale d’antidépresseurs, au niveau de la société, est telle qu’il y en a maintenant une quantité importante dans les rivières et les fleuves, et même dans l’eau potable de certaines villes…

 

Quel est le rôle des gènes et de l’environnement dans la dépression ?

Question : La dépression est-elle déclenchée par une gâchette émotionnelle (une perte, une grande souffrance) chez la personne qui a déjà une prédisposition (une dysfonction chimique), ou est-ce au contraire la souffrance qui finit par modifier la chimie cérébrale de la personne ? Il y a t il des personnes qui veulent se faire prescrire des antidépresseurs à des seules fins de perte de poids ?

 

C’est une question fascinante autour de laquelle tourne toute la psychiatrie depuis un siècle ! Nous savons aujourd’hui, grâce à des études génétiques poussées, qu’un quart d’entre nous a des gènes qui le rendent résistant à la dépression quoi qu’il lui arrive. Il s’agit de ces gens- souvent un peu énervants !- qui ne comprennent pas pourquoi les autres se laissent affecter par un revers dans la vie. Ils vous disent : « Tu n’as qu’à oublier tout ça et te tourner vers l’avenir ! » Un autre quart possède les gènes qui rendent extrêmement sensible à tout ce qui peut arriver de négatif. Pour ces personnes, le moindre revers peut induire une dépression. Nous les voyons souvent en consultation psychiatrique. Nous leur donnons beaucoup de noms différents- personnalité borderline (état limite), trouble dysthymique, dépressif chronique, etc. Enfin, pour la moitié d’entre nous, nos gènes sont tels que nous allons à peu près bien à travers les hauts et les bas de l’existence, mais que nous pouvons verser dans la dépression si la vie nous maltraite trop durement (divorce difficile, échec professionnel, maladie d’un enfant, etc.). La dépression, c’est donc souvent la rencontre entre une certaine fragilité commune à un très grand nombre de personnes et une grande souffrance imposée par la vie.

 

Consultez votre spécialiste, et n’utilisez des antidépresseurs que lorsqu’ils sont prescrits par votre médecin, ne les utilisez pas pour maigrir.

 



Autres articles
Haut de la page